Les formats audio, où comment sortir du brouhaha ?

Depuis l’arrivée du format mp3 au cours des années 90, l’univers de la musique à connu des bouleversements drastiques, modifiant non seulement la manière de produire des morceaux, mais surtout les moyens de les écouter.J’ai donc décidé aujourd’hui de refaire un petit tour récapitulatif des contenants audio, sans aborder cette fois-ci la question du contenu.

L’objectif de cet article est de recenser tous les supports et sources de musiques dont on dispose aujourd’hui, et de les comparer en vue d’optimiser votre écoute quotidienne simplement.
Cette analyse se déroule en trois étapes, dans le sens chronologique de compréhension.
1. Les formats audio

Première distinction essentielle, les fichiers compactés et ceux compressés, quelle différence ?
Un fichier compacté (mp3, aac, wma, ogg…), est aussi souvent nommé un format destructif, ceux-ci ont été crées en vue de gagner de la place de stockage, pour une utilisation en radio ou en streaming.

Le résultat de ce compactage est une perte de données audio, les morceaux disposent alors d’un débit variant de 128 a 320 kbps (débit binaire indiquant le nombre de kilobits numériques transmis en une seconde). Les fichiers audio compressés (flac, ape, alac …), sont le résultat d’un simple « zippage » de fichier, réduisant ainsi leur poids environ de moitié par rapport au fichier audio source.
En revanche, ces formats n’engendre aucune perte de données audio, proposant ainsi un débit en général autour de 1411 kbps,.


2. Les sources, et les supports audio

Grâce à ses faibles exigences en stockage, le mp3 s’est imposé comme étant le format audio le plus utilisé sur le marché.
Les sites de streaming audio (Spotify, Deezer …), proposent une qualité 320kbps au mieux, bien qu’étant vendu comme du son « haute qualité », ce format comporte des pertes, allant jusqu’à 90% du morceau initial.

Pour ce qui est du téléchargement de morceaux en ligne, les plateformes telles que iTunes ou Amazon ne propose pas un service diffèrent des principaux sites de streaming.
Pour réussir à se procurer des morceaux sans pertes de données, il faut se tourner soit vers des sites de téléchargement Hi-Res tels que Qoobuz ou HDtracks, soit directement vers les labels indépendants qui produisent certains artistes.
Voilà pour les fichiers dématérialisés, en ce qui concerne les supports physiques, les CD et les vinyles permettent une retranscription fidèle des fichiers audio, sans perte. Je n’entrerais donc pas ici dans un débat entre ces deux supports, qui implique le matériel utilisé, ainsi qu’une sensibilité subjective.
3. Le matériel
Quel format pour quel matériel ?

Baladeur numérique : pour emporter votre musique partout, pas besoin de chercher à avoir un format trop groumant en place, un simple 320 kbps suffira amplement pour une écoute nomade sur des écouteurs voire même un bon casque.

Lecteur CD / platine vinyle : techniquement, la différence de qualité entre ces deux supports résident dans les sorties disponibles sur les lecteurs.
En effet, les sorties digitales (optique, coaxiale …) souvent disponible sur les chaines hi-fi et lecteurs CD permettent un rendu sans perte au niveau du câble, à l’inverse de l’habituel câble rca (rouge / blanc) disponible sur les platines vinyle.

Ordinateurs, DAC & Co vers amplificateur : tout comme les platines, tout dépend de la manière dont vous reliez votre support à votre amplificateur.
La différence majeure se joue entre deux types de cables, les digitaux (optique, coaxiale, usb, hdmi …) et analogiques (rca, jack …).Sans entrer encore une fois dans une comparaison subjective, il est prouvé que le cable proposant la meilleure qualité de sortie audio est le hdmi, suivi par le coaxial, puis l’optique et enfin le rca, loin derrière.
En conclusion de ce petit article récapitulatif, pour tous ceux qui souhaitent écouter de la musique chez eux dans de conditions optimales, commencez par vous équiper d’un amplificateur stereo intégrant un dac (sorties usb, optique ou coaxial), puis d’une paire d’enceintes de bonne facture, correspondant aux caractéristiques de l’ampli.

Par la suite, il vous restera de choisir entre l’écoute sur platine vinyle, cd en sortie digitale de préférence.
Ou alors par le biais d’un ordinateur, en vous procurant des morceaux en formats audio compressés, et avec une sortie hdmi ou optique.

En espérant que cette rapide analyse du brouhaha des supports musicaux vous permettra d’y entendre
plus clair.
Bonne écoute à tous.
2018-03-26T11:33:01+00:00